Votre poème ici

N'hésitez pas à m'envoyer vos textes, ils seront publiés dans la catégorie "Poèmes Spécial Noël". Vous pouvez joindre également une courte biographie.

Courriel : poetika17(at)gmail.com

En regardant un tableau de Durrie

Calme Noël où seul le clip-clop des chevaux sur la route gelée
agaçait l’air de sa saccade monotone. 

Au travers de dentelles lourdes,
de lourds nuages purs tournaient dans le ciel froid. 

Le clocher y glissait son aiguille avec la bonhomie d’un astre imperturbable. 

Au loin, le lac durci où se figeaient des saules
égratignait de cris d’enfants l’immense paix. 

Le reste du monde était loin,
le village blanchi s’emmitouflant de neige. 

Ancêtres, que rêvé-je en ces temps affolés
où tout s’étrangle, étouffe et s’empoisonne et meurt ?

© Donatien MOISDON
© Image : tableau de George Henry DURRIE (peintre américain, 1820-1863)

Donatien Moisdon
Issu d'un milieu modeste, Donatien Moisdon est né à Batz-sur-Mer en Loire Atlantique. Pour payer ses études, il travaille comme cuisinier privé à New York, chez Juan Trip alors PDG de Pam American Airways. Une expérience très enrichissante qui lui a permis de connaître New York en profondeur, pas seulement celui que l'on visite : dépoussiérage salutaire des clichés anti-américains déversés insidieusement et inlassablement par la presse française. Après l'obtention d'un Master's Degree II, il part enseigner pendant deux ans au Bénin puis terminera sa carrière de professeur en Angleterre, dans le Kent. Il a publié plusieurs romans, des nouvelles et un recueil de poèmes.
Son blog littéraire : http://audeladeslivres.blogspot.com/

Le plus beau cadeau

Noël ! Que nous apportes-tu

Dans tes bras si fragiles ?

Un cheval ? Une automobile ?

Un Pierrot au chapeau pointu ?

 

Noël, que nous apportes-tu ?

Nous apportes-tu dans ta hotte

Des oranges, du chocolat,

du pain d'épices, des nougats

Des pralines, des papillotes ?

 

Qu'y a-t-il au fond de ta hotte ?

Des joujoux, bien sûr, c'est parfait

Et c'est si bon les friandises !

Mais, dans tes menottes exquises

Trouverons-nous d'autres bienfaits ?

Noël, apporte-nous la Paix !

 

Raymond Richard (?-1970)
Enseignant, poète, romancier et auteur dramatique, il est l'auteur de saynètes et chansons pour enfants.
Fondateur des éditions du Cep beaujolais et de la revue "Les loisirs de l'enfant"

Qu'est-ce qui te
prend Père Noël ?

Père Noël pour faire moderne
A troqué ses deux trois rennes
Pour un très gros camion à benne.
Père Noël pour faire plus chouette
A décidé de faire ses emplettes
En surfant sur internet.
Père Noël sur un coup de tête
A rasé barbe et bouclettes
Contre une petite barbichette.
Père Noël, qu'est-ce qui te prend ?
Tu étais bien mieux avant.
S tu continues comme ça
Plus personne ne croira en toi :
Même pas moi !

 

Christian Merveille
Né en 1949, Christian Merveille est auteur-compositeur-interprète et écrivain belge. Il a publié de nombreux ouvrages et des livres illustrés pour enfants.

Les voeux de Jacques Brel

« Je vous souhaite de souhaiter.
Je vous souhaite de désirer.
Le bonheur, c’est déjà vouloir.
Comme en droit pénal, l’intention vaut l’action.
Le seul fait de rêver est déjà très important.
Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir.
Et l’envie furieuse d’en réaliser queques-uns.
Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer,
et d’oublier ce qu’il faut oublier.
Je vous souhaite des passions.
Je vous souhaite des silences.
Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil,
et des rires d’enfants.
Je vous souhaite de respecter les différences des autres parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir
Je vous souhaite de résister à l’enlisement,
à l’indifférence
et aux vertus négatives de notre époque.
Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie, à l’amour, 
car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille.
Je vous souhaite surtout d’être vous, fier de l’être et heureux,
car le bonheur est notre destin véritable. »


Jacques Brel (1929-1978)
Voeux prononcés le 1er janvier 1968 sur Europe1.
Sa biographie :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Brel

Bonne année

Bonne année à toutes les choses,
Au monde, à la mer, aux forêts.
Bonne année à toutes les roses
Que l’hiver prépare en secret.

Bonne année à tous ceux qui m’aiment
Et qui m’entendent ici-bas.
Et bonne année aussi, quand même,
À tous ceux qui ne m’aiment pas.

 

Rosemonde Gérard (1871-1953)
Poétesse et comédienne française, elle était l'épouse d'Edmond Rostand.
Sa biographie :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Rosemonde_Gérard

Petit garçon

Dans son manteau rouge et blanc
Sur un traîneau porté par le vent
Il descendra par la cheminée
Petit garçon, il est l'heure d'aller se coucher

Tes yeux se voilent
Écoute les étoiles
Tout est calme, reposé
Entends-tu les clochettes tintinnabuler

Et demain matin, petit garçon
Tu trouveras dans tes chaussons
Tous les jouets dont tu as rêvé
Petit garçon il est l'heure d'aller se coucher

 

Graeme Allwright (1926-)
Né en en Nouvelle-Zélande, Graeme Allwright est auteur-compositeur-interprète français d'origine néo-zélandaise. Il a en particulier adapté et introduit en français les œuvres du protest song américain (Woody Guthrie et Pete Seeger notamment), ainsi que de nombreuses chansons de Leonard Cohen. Cette chanson est la version française de "Old Toys Trains" écrite en 1967 par Roger Miller sur le thème de Noël.
Sa biographie :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Graeme_Allwright

Voici Noël

Voici la neige et la nuit bleue,
voici le givre en sucre fin,
voici la maison et le feu,
voici Noël vêtu de lin.

Les oiseaux se taisent, ce soir.
Les lilas ont fermé les yeux.
Les chênes tendent leurs bras noirs
vers les chemins mystérieux.

Voici les pauvres malheureux,
voici la plaine de la bise
dans les fentes et dans les creux,
voici les vergers sans cerises.

Un jour, renaîtront les grands lis,
le parfum des profondes roses,
et l’hirondelle, je suppose ,
reviendra frôler les iris.

Voici Noël, voici les voeux ,
voici les braises sous la cendre ,
voici les bottes de sept lieues
pour aller jusqu'à l’avril tendre.

Et voici le pas d’une mère
qui marche vers la cheminée
pour ranimer les braises claires,
et voici le chant d’une mère
qui berce un enfant nouveau-né.

 

Pierre Gamarra (1919-2009)
Romancier, poète et critique, Pierre Gamarra est particulièrement connu à travers son oeuvre pour la jeunesse.
Biographie : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Gamarra

Cantilène du vieux Noël

Le vieux Noël dont l’œil luit
En décembre dans la chambre 
Le vieux Noël dont l’œil luit 
Rentre chez nous vers minuit 
Sans bruit.

De glaçons il est vêtu 
Pendeloques 
Et breloques 
De glaçons il est vêtu 
Et porte un chapeau pointu.

On aperçoit sur son dos 
Une hotte 
Qui ballotte 
On aperçoit sur son dos 
Un tas de jolis cadeaux.

C’est pour les petits garçons 
Pour les filles 
Bien gentilles 
C’est pour les petits garçons 
Qui dorment dans les maisons.

Alphonse Gaud (1864-1896)
Franco-Mauricien, il est secrétaire privé puis conseiller du gouverneur libéral de l'île Maurice. Il sera ensuite littérateur, journaliste et poète.

Je serai Père Noël

Quand je serai très vieux,
Je serai Père Noël
Je vivrai dans les cieux,
Sous un toit d'arc-en-ciel.

Mes ateliers-jouets
Seront dans les nuages,
De là-haut je verrai
Quels sont les enfants sages.

Mais je me souviendrai
De quand j'étais petit,
Des caprices que j'ai faits,
Des mensonges que j'ai dits.

Et j'aurai dans ma hotte,
Pour les petits coquins,
Des jouets qui clignotent
Et des ours câlins.

 

Corinne Albaut
Après des études d'anglais et trois années d'enseignement, Corinne Albaut a commencé à écrire des comptines et des chansons pour les enfants, à la naissance de son premier fils. Elle a enregistré huit albums de comptines, en tant qu'auteur-compositeur-interprète, et écrit pour plusieurs magazines pour la jeunesse.
Site officiel :
http://www.corinne-albaut.fr/

soleil

Merveilleux Noëls

Merveilleux Noëls de mon enfance,
Avec toute cette effervescence
Qui régnait partout dans la maison,
Et le sapin plein de décorations !
Moments de joie sans pareil,
Parés de bonheur et de merveilles ;
Maman qui préparait la bûche,
Nous qui faisions les truffes
Les mains pleines de chocolat,
Plus sur nos doigts que dans le plat !
Et enfin, la dernière nuit venue
Avant le grand jour tant attendu,
Le sommeil qui ne veut pas venir,
Trop excités pour s'endormir ;
Espérer que le Père-Noël va oublier
Les bêtises faites pendant l'année,
Puis au petit matin, se lever,
Et devant nos yeux émerveillés
En découvrant les paquets,
Nos parents qui souriaient !

Je revis ces merveilleux moments
Aujourd'hui, avec mes enfants ;
Décorer toute la maison
De guirlandes en papier crépon,
Mettre dans la crèche les santons,
Sur le sapin, les boules brillantes
Et les guirlandes étincelantes
De mille couleurs scintillantes !
Préparer avec eux le repas de fête,
Sortir les plus belles assiettes,
Et à l'approche du jour formidable
Les découvrir un peu plus sages,
Juste pour que le Père Noël oublie
Qu'ils n'ont pas toujours été gentils !
Avec le même regard pour mes enfants
Qu'avaient jadis pour moi mes parents,
Je retrouve chaque année l'instant magique,
Quand leurs yeux magnifiques
Découvrent sous le sapin,
Leurs cadeaux au petit matin !

Véronique Audelon 
Après une enfance passée à Forcalquier dans les Alpes de Haute-Provence et un bref arrêt à Marseille, Véronique Audelon s'est installée à Salon de Provence.
Elle dessine et écrit des poèmes depuis l'adolescence. Son univers d'auteure balance entre poésies, nouvelles et romans. Son premier roman, "Emmurée", est paru en février 2011. Puis "Le Cahier" publié en décembre 2014. Trois recueils sont actuellement en instance de publication.
Elle partage son temps entre son activité de maquettiste PAO free lance et sa passion pour l'écriture. 
Son nouveau site :
https://poesime.wixsite.com/un-univers-de-mots

Carillons de Noël

Le vieux sonneur monte au clocher,

Jusqu'aux meurtrières béantes

Où les corneilles vont nicher,

Et, chétif, il vient se percher

Au milieu des poutres géantes.

 

Joyeuses, avec un son clair,

Les voix des cloches, par le faîte

Des lucarnes, s'en vont dans l'air

Sur les ailes du vent d'hiver,

Comme des messages de fêtes.

 

Noël ! Noël ! ... Sur les hameaux

Où les gens rentrent à la brune ;

Sur les bois noirs et sur les eaux

Où tout un peuple de roseaux

Frissonne au lever de la lune ;

 

Noël ! ... Sur la ferme là-bas,

Dont la vitre rouge étincelle,

Sur la grand'route où, seul et las,

Le voyageur double le pas,

Partout court la bonne nouvelle.

 

Oh ! ces carillons argentins

Dans les campagnes assombries,

Quels souvenirs doux et lointains,

Quels beaux soirs et quels doux matins

Ressuscitent leurs sonneries !

 

Et cette musique de l'air,

Cette gaieté sonore et pleine,

Ce choeur mélodieux et clair

Qui s'en va dans la nuit d'hiver

Ensoleiller toute la plaine,

 

C'est l'oeuvre de ce vieux sonneur

Qui, dans son clocher solitaire,

Fait tomber, ainsi qu'un vanneur,

Cette semence de bonheur

Sur tous les enfants de la terre.

 

André Theuriet (1833-1907)
Poète, romancier et auteur dramatique français
Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia

La nuit avant Noël

C'était la nuit de Noël, un peu avant minuit,
À l'heure où tout est calme, même les souris.
On avait pendu nos bas devant la cheminée,
Pour que le Père Noël les trouve dès son arrivée.

Blottis bien au chaud dans leurs petits lits,
Les enfants sages s'étaient déjà endormis.
Maman et moi, dans nos chemises de nuit,
Venions à peine de souffler la bougie,

Quand au dehors, un bruit de clochettes,
Me fit sortir d'un coup de sous ma couette.
Filant comme une flèche vers la fenêtre,
Je scrutais tout là haut le ciel étoilé.

Au dessus de la neige, la lune étincelante,
Illuminait la nuit comme si c'était le jour.
Je n'en crus pas mes yeux quand apparut au loin,
Un traîneau et huit rennes pas plus gros que le poing,

Dirigés par un petit personnage enjoué:
C'était le Père Noël je le savais.
Ses coursiers volaient comme s'ils avaient des ailes.
Et lui chantait, afin de les encourager:

"Allez Tornade!, Allez Danseur!
Allez , Furie et Fringuant!
En avant Comète et Cupidon!
Allez Eclair et Tonnerre!
Tout droit vers ce porche,
Tout droit vers ce mur!
Au galop au galop mes amis!
Au triple galop!"

Pareils aux feuilles mortes, emportées par le vent,
Qui montent vers le ciel pour franchir les obstacles,
Les coursiers s'envolèrent, jusqu'au dessus de ma tête,
Avec le traîneau, les jouets et même le Père Noël.

Peu après j'entendis résonner sur le toit
Le piétinement fougueux de leurs petits sabots.
Une fois la fenêtre refermée, je me retournais,
Juste quand le Père Noël sortait de la cheminée.

Son habit de fourrure, ses bottes et son bonnet,
Étaient un peu salis par la cendre et la suie.
Jeté sur son épaule, un sac plein de jouets,
Lui donnait l'air d'un bien curieux marchand.

Il avait des joues roses, des fossettes charmantes,
Un nez comme une cerise et des yeux pétillants,
Une petite bouche qui souriait tout le temps,
Et une très grande barbe d'un blanc vraiment immaculé.

De sa pipe allumée coincée entre ses dents,
Montaient en tourbillons des volutes de fumée.
Il avait le visage épanoui, et son ventre tout rond
Sautait quand il riait, comme un petit ballon.

Il était si dodu, si joufflu, cet espiègle lutin,
Que je me mis malgré moi à rire derrière ma main.
Mais d'un clin d'oeil et d'un signe de la tête,
Il me fit comprendre que je ne risquais rien.

Puis sans dire un mot, car il était pressé,
Se hâta de remplir les bas, jusqu'au dernier,
Et me salua d'un doigt posé sur l'aile du nez,
Avant de disparaître dans la cheminée.

Je l'entendis ensuite siffler son bel équipage.
Ensemble ils s'envolèrent comme une plume au vent.
Avant de disparaître le Père Noël cria:
"Joyeux Noël à tous et à tous une bonne nuit"

Clement Clark Moore (1779-1863)
Né à Manhattan aux Etats-Unis, Clement Clark Moore a été professeur de théologie, de littérature grecque et orientale, ainsi que poète. Il est l'auteur présumé de ce poème dont le titre original est "A visit from St Nicholas". Ce texte a largement contribué à l'image moderne du père Noël dans sa version américaine.
Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia

Le sapin de Noël

Le petit sapin sous la neige
Rêvait aux beaux étés fleuris.
Bel été quand te reverrai-je ?
Soupirait-il sous le ciel gris.

Dis moi quand reviendra l’été !
Demandait-il au vent qui vente
Mais le vent sans jamais parler
S’enfuyait avec la tourmente.

Vint à passer sur le chemin
Un gaillard à grandes moustaches
Hop là ! en deux coups de sa hache,
A coupé le petit sapin.

Il ne reverra plus l’été ,
Le petit sapin des montagnes,
Il ne verra plus la gentiane,
L’anémone et le foin coupé.

Mais on l’a paré de bougies,
Saupoudré de neiges d’argent.
Des clochettes de féerie
Pendent à ses beaux rameaux blancs.

Le petit sapin de noël
Ne regrette plus sa clairière
Car il rêve qu’il est au ciel
Tout vêtu d’or et de lumière.

 

Pernette Chaponnière (1915-2008)
Née à Genève, Pernette Chaponnière est bibliothécaire et écrivain. Elle publie, à côté de ses romans, plusieurs pièces de théâtre ainsi que de nombreux livres pour enfants. Responsable de la section de littérature enfantine du Bureau international d'éducation à Genève, elle décide de se consacrer à l'écriture à partir de 1947. Elle sera chroniqueuse au Journal de Genève.
Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia

Est-ce toi Père Noël ?

Est-ce toi Père Noël ?
Qui poses un chapeau de feu
Sur la tête des chandelles,
Bigoudis de sapins bleus ?

Est-il vrai qu'à la Noël
Le coq des clochers d'église
Met un jabot de dentelle
Pour te faire une surprise ?

Dors-tu dans un satellite,
Sur le tablier des dunes ?
Ou vis-tu comme un ermite
Dans le tonneau de la Lune ?

Pourquoi quand je t'interroge
Ne me réponds-tu jamais ?
Es-tu pareil à l'horloge
Qui dit coucou puis se tait ?

Tant pis ! Si dès aujourd'hui
Tu ne veux pas te montrer,
Je n'ôterai la suie
Qui bouche la cheminée !

 

Pierre Coran
Né en 1934, Pierre Coran est un poète et écrivain belge de langue française.
Sa vie, son oeuvre sur Wikipédia

Le Noël de la rue

Petit bonhomme où t'en vas-tu
Courant ainsi sur tes pieds nus
Je cours après le Paradis
Car c'est Noël à ce qu'on dit...
Le Noël de la rue
C'est la neige et le vent
Et le vent de la rue
Fait pleurer les enfants
La lumière et la joie
Sont derrière les vitrines
Ni pour toi, ni pour moi
C'est pour notre voisine
Mon petit, amuse-toi bien
En regardant, en regardant
Mais surtout, ne touche à rien
En regardant de loin...
Le Noël de la rue
C'est le froid de l'hiver
Dans les yeux grands ouverts
Des enfants de la rue
Collant aux vitres leurs museaux
Tous les petits font le gros dos
Ils sont blottis comme des Jésus
Que Sainte Marie aurait perdus...
Le Noël de la rue
C'est la neige et le vent
Et le vent de la rue
Fait pleurer les enfants
Ils s'en vont reniflant,
Ils s'en vont les mains vides
Nez en l'air et cherchant
Une étoile splendide
Mon petit, si tu la vois
Tout en marchant, tout en marchant
chauffe y tes petits doigts
Tout en marchant bien droit
Le Noël de la rue
c’est au ciel de leur vie
Une étoile endormie
Qui n’est pas déscendue.

 

Chanson écrite par Marc Heyral et Henri Contet, interprétée par Edith Piaf (1951)

View item